Actualités

Nouvelles parutions  :

Guy-Michel Leproux, Audrey Nassieu Maupas et Élisabeth Pillet, Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois, Paris, 2020, 432 pages, XVI planches en couleurs et 34 illustrations en noir et blanc

49 euros

Surtout connu aujourd’hui pour l’exécution d’armes exceptionnelles, Marin Le Bourgeois fut un personnage hors du commun. En tant que peintre, il resta pendant quarante ans au service des rois Henri IV et Louis XIII ; il fut aussi ingénieur et inventeur, et correspondit avec Nicolas Fabri de Peiresc. Il mourut en 1634 à Lisieux, sa ville natale, où il résida habituellement tout en bénéficiant d’un atelier dans la Grande Galerie du Louvre.

On connaissait son Petit traité de l’analème vertical dédié au secrétaire d’État Martin Ruzé de Beaulieu. On peut désormais lui attribuer un ouvrage plus conséquent, rédigé dans les dernières années de sa vie. Ces Cinq Livres décrivent de façon très concrète les procédés qu’il a mis au point et employés pour peindre, sculpter, mouler et décorer toutes sortes de matériaux et d’objets. Ils justifient l’éloge que fit de lui le mathématicien David Rivault de Flurance, qui le tenait pour un « homme du plus rare jugement en toutes sortes d’inventions, de la plus artificieuse imagination et de la plus subtile main à manier un outil de quelque art que ce soit qui se trouve aujourd’huy en Europe ».

Table des matières :

Première partie – Marin Le Bourgeois peintre et ingénieur du Roi

Chapitre I. Un artiste polyvalent

– Lexovei corpus, Gallia nomen habet

– Les œuvres. Le chartrier Le Gentil. – Les tableaux. – Les cadrans. – Les armes.

– Le correspondant de Fabri de Peiresc. Les antiquités de Lisieux. – Bourgeois le neveu.

– Un traité inédit : les Cinq Livres. Les deux manuscrits de la BnF. – Identification de l’auteur.

Chapitre II. Les enseignements des Cinq Livres

– Le travail du métal. Le décor des armes. – Les objets en cuivre, en argent et en étain.

– Sculpture, moulage et décor. Le modelage de la terre et le décor du bois. – La fonte. – Les procédés de moulage Les matériaux. – Gomme adragante, pastiglia et pâte anglaise. – Le papier marbré.

– La peinture d’étoffe. Peinture et décor. – Dorure et argenture. – Sgraffito, brocard appliqué et autres décors colorés sur métal. – Peinture au bismuth, poudres à bronzer et autres substituts à l’or et à l’argent. – Les pigments. – Peinture à la détrempe et peinture à l’huile. – Les couleurs sur or et argent.

– Dessin et Perspective. Les traités de perspective. – La caisse de perspective et les châssis. – Les mannequins. – La pratique du dessin et l’invention. – Les peintures silhouettées ou « tableaux de perspective ».

– Silences, archaïsmes et originalité du traité

– Fortune des Cinq Livres

Deuxième partie – Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

[Premier livre] ; [Deuxième livre] ; [Troisième livre] ; [Quatrième livre] ; [Cinquième livre]

Glossaire

Troisième partie – Annexes

Annexe I. Traité de l’Analème vertical

Annexe II. Lettres de Nicolas Claude Fabri de Peiresc à Marin Le Bourgeois, à un neveu de celui-ci et à l’abbesse de Maubuisson, 1618-1622

Bibliographie

Index

Diffusion : Éditions de Boccard
4, rue de Lanneau 75005 Paris
+33 (0)1 43 26 00 37 – info@deboccard.com


Documents d’histoire parisienne, n° 20 (2018), 84 pages

25 euros

Sommaire :

« La vie et la carrière de Nicolas d’Amiens, peintre à Paris dans la seconde moitié du XVe siècle : un état de la question » par Nicolas OGET

« Un retable pour l’église des Jacobins ? » par Frédéric ELSIG

« Nicolas Leblond et la production de tableaux en série à Paris sous le règne de Henri IV » par Guy-Michel LEPROUX

« Le fermier général Laurent Charron, directeur caché de la Manufacture royale de tapisserie de Beauvais, 1754-1766 » par Pascal-François BERTRAND

« Les illuminations de la façade de la rue de Richelieu pour le mariage impérial de 1810 » par Charles-Éloi VIAL

« Froc-Robert, fabricant de statues religieuses et de mobilier d’église à Paris, 38, rue Bonaparte (1855-1903) » par Pauline CARMINATI

Diffusion : Éditions de Boccard
4, rue de Lanneau 75005 Paris
+33 (0)1 43 26 00 37 – info@deboccard.com


Guy-Michel Leproux, Le théâtre à Paris au XVIe siècle, Paris, 2018, 520 pages, 34 illustrations

45 euros

Ce livre retrace l’histoire du théâtre populaire à Paris au XVIe siècle, depuis les grands mystères religieux joués en plein air qui, sous le règne de François Ier, pouvaient durer tout l’été et attirer des milliers de spectateurs, jusqu’à l’arrivée des compagnies italiennes sous les derniers Valois. Pendant cette période, les confrères de la Passion jouèrent un rôle de premier plan, notamment après la construction de la salle de l’hôtel de Bourgogne où ils présentaient chaque année des pièces adaptées de romans de chevalerie, des farces et des soties dont le succès ne se démentit jamais. Marchands, artisans ou petits officiers, ils furent d’abord comédiens amateurs, avant de participer, pour certains, à la création des premières troupes professionnelles
fixées dans la capitale et de contribuer ainsi à la naissance du théâtre moderne.

Premier volume de la collection, l’ouvrage donne en outre l’édition de près de deux cents documents qui constituent une véritable chronique de la vie théâtrale parisienne à la Renaissance.

Diffusion : Éditions de Boccard
4, rue de Lanneau 75005 Paris
+33 (0)1 43 26 00 37 – info@deboccard.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search